Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

La Farnières ? Plus de secret pour Virginie...

La trentaine épanouie, Virginie Harzé quitte chaque matin Hôyemont, un village haut perché de la commune de Comblain-au-Pont, pour se rendre à l’Abbaye du Val-Dieu, à Aubel… pour se plonger dans la fabrication de La Farnières !

Après des études à l’Institut agronomique de La Reid, Virginie a postulé spontanément à la brasserie du Val-Dieu… Là elle suit les différentes étapes de la fabrication de la bière, en mettant la main à la pâte, le mélange des différents ingrédients, la fermentation, jusqu’à la mise en bouteille. Voilà presque 15 ans qu’elle est «brasseur». Elle suit ainsi l’évolution de la fabrication de La Farnières blonde. Brune aussi désormais. Son travail à la brasserie terminé elle se consacre à la restauration de sa maison mais aussi à l’entretien d’un verger conservatoire où elle a planté d’anciennes variétés d’arbres fruitiers (hautes tiges), elle soigne aussi son cheval de trait et de temps à autre elle joue du piano.

La Farnières, bien gardée

L’abbaye de Val-Dieu cache bien des trésors. Parmi eux, La Farnières. Bière produite au cœur de sa brasserie. Avec dynamisme et vigueur, la maître-brasseur veille attentivement à la production de notre bière et au respect de sa recette qui, ces dernières années, séduit un nombre grandissant de consommateurs.

La maîtrise des éléments

Le processus de fabrication de La Farnières n’a plus de secret pour Virginie. Un jour hivernal de brassage, en route depuis six heures du matin, elle s’active ci et là, entre les hommes de la brasserie, pour s’assurer que tout fonctionne correctement. C’est qu’il faut veiller au grain. De l’empâtage au brassage jusqu’à la mise en bouteille ou en fût, il faut que tout le processus reste sous contrôle. « La fabrication de La Farnières est réalisée sur base d’une recette unique. Il convient de la respecter, explique-t-elle. Mais la bière est un produit vivant. De nombreux facteurs et éléments interviennent au cours de sa fabrication. Et il y a toujours bien quelque chose qui peut altérer sa qualité ou modifier son goût. Il faut jongler entre les ingrédients de base que sont le malt, le houblon, l’eau et les levures, puis veiller au suivi des différentes phases de production, comme les paliers de température au moment du brassage ou à la juste fermentation de la bière en cuve de garde… » S’il n’est pas forcément difficile de faire de la bière, c’est une autre histoire lorsqu’il s’agit de produire la même bière d’un brassin à l’autre. Tous les maître-brasseurs le confirmeront. « L’enjeu est d’améliorer la qualité de la bière en permanence, sans en altérer le goût ou la couleur, poursuit Virgine Harzé. C’est cela qui rend ce métier passionnant. »

Aujourd’hui, la production de La Farnières est en hausse. Tour à tour sont brassées la blonde et la brune. La première étant désormais disponible au fût. Cette hausse de production ne se fera pas sans incidence sur le processus de fabrication qu’il faudra améliorer et élargir en veillant à ne pas altérer la qualité des bières. Les défis sont donc considérables. Mais Virginie Harzé et ses comparses sont prêts à les relever avec enthousiasme.

TG avec L'Avenir.be